Le Miroir de Sang (Le porteur de Lumière 4) – Brent Weeks

Auteur :

Brent Weeks est un écrivain né en 1977 dans le Montana. Après ses études, il voyage à travers le monde avant de travailler en tant que barman et professeur. En 2008, sa nouvelle Perfect Shadow attire l’oeil de l’éditeur Orbit Books et lui permet de débuter sa carrière d’auteur avec la trilogie L’Ange de la Nuit.

Autres livres de l’auteur présents sur le blog :

Présentation du livre :

Précédemment :

Synopsis :

Pendant que Kip essaye de miner le plan de conquête du roi Blanc au sein de la forêt de Sang, Karris, nouvellement nommée Blanc essaye de mobiliser les satrapies pour vaincre l’ennemi. Face à elle, Andross Guile joue toujours son double-jeu et il reste la seule personne qui peut l’aider. Zynum, son fils élevé au rang de Prisme n’est qu’un pion.

Gavin s’est retrouvé enfermé dans la prison qu’il avait construit pour son frère. Il va malgré tout en apprendre plus sur lui-même et devoir lutter contre la folie et la faim, s’il veut survivre.

Alors que tout le monde avance ses pions, l’Œil Brisé en profite et ses manigances font avoir un fort impact sur le conflit en cours avec Teia au centre des basses besognes.

Appréciation globale :

Toujours agréable d’avoir un récapitulatif des événements des tomes précédents pour pouvoir se rafraîchir la mémoire. En effet, ma lecture du tome précédent remonte quatre années auparavant. Je n’ai donc eu aucun mal à me replonger dans l’histoire malgré mon appréhension.

Le récit de ce tome se concentre essentiellement autour des personnages de Kip, Teia et Karris. Il y a toujours Gavin/Drazen, mais j’avoue que ces nombreux passages perclus de délire et de réflexions m’ont vite ennuyé et j’attendais avec impatience de passer à la suite. Liv et son père vont de brèves apparitions. Si ce n’est pour faire une sorte de jalon, j’ai du mal à leur trouver pour le moment un intérêt dans la narration.

Ce qui pêche globalement dans ce tome, c’est le mélodramatique car les violons sont de sortie et jouent beaucoup trop fort à mon goût. Cependant, là où j’ai peut-être eu le plus de mal, c’est avec Kip et toutes ses phases qui cassent l’action de part des explications/justifications particulièrement lourdes à la longue.

Le dernier tome de la série doit sortir vers l’automne 2019 en anglais. J’espère qu’il avancera un peu plus en ligne droite.

 

Avis personnel :

(/!\ il est fort probable que des révélations sur l’intrigue soient présentes)

Je vais essayer au lieu de faire des aller-retour entre les personnages, de me simplifier la narration en découpant par personnage suivi.

Karris

Je n’ai pas grand chose à dire sur elle, je trouve que son personnage est mesuré et s’est intéressant de voir comment elle interagie avec Andross qu’elle rencontre à de nombreuses reprises. Il y a une compétition pas forcément très saine mais ça va plutôt dans la bonne direction. Andross en fait forcément trop, mais ça a l’air d’être son rôle. Néanmoins, c’est bien de voir que Karris est à deux doigts de craquer et de l’amocher lors d’une rencontre. On nous parle de Zynum finalement peu. Je pensais que cela allait amené un peu plus d’enjeu étant donné son statut de Prisme, mais tout d’un coup, cela ne semble plus avoir beaucoup d’importance : les pouvoirs sont concentrés sur le Blanc et le Promacho.

Un choix particulier a été d’intégrer dans la narration des listes avec des puces qui sont cochées ou rayées au fur et à mesure.

La cérémonie sacrificiel est un peu téléphoné, notamment du fait de l’amnistie de Quentin mais elle apporte pas mal dans la construction du Blanc et sur l’univers créé par Brent Weeks.

Drazen/Gavin Guile

Enfermé par son père dans la prison qu’il avait créé pour son frère, il devient à moitié fou et perd notre temps dans des pérégrinations. Son état psychologique est proche du néant. Grâce à son espèce de folie, on en apprend un peu plus sur la luxine noire et sur les événements qui se sont normalement réellement déroulés et qu’il a occulté de sa mémoire en créant cette luxine.

Son père vient le voir à plusieurs reprises et on découvre comme par hasard que c’était bien lui le fils aimé… ect, et Kip, le fils d’Andross. Ce que je comprends pas avec Andross, c’est que de bout en bout, c’est un enfoiré de première, mais il fait tout cela pour le bien des personnes qu’il aime… il y a un moment où ça devient limite quand même.

Teia

C’est super de voir la jeune fille continuer son évolution. Elle monte en grade en devenant Garde Noire et en apprenant à se servir un peu plus du Paryl. Son statut d’agent double lui permet aussi d’effectuer des missions et d’être ainsi au cœur même des événements en étant surement l’actrice principale de ce tome. Ce qui marque aussi, c’est bien qu’elle soit en relation avec Karris, elle reste seule. C’est un lourd fardeau qu’elle doit porter. Les différents assassinats qu’elle doit effectuer et surtout celui de la Naqaba brise un peu plus la jeune adolescente toute pimpante qu’elle était. Sa nouvelle mission qui clôt le tome ne va pas être une partie de plaisir et j’ai hâte de voir comment elle va se dépatouiller de la situation.

Kip & co

Kip est donc parti avec les Invincibles et Tsisis dans la forêt de Sang pour contrecarrer les plans du roi Blanc. Si le vaginisme est en soit une thématique plutôt originale à aborder dans le récit, j’avoue que les histoires de cul du couple m’ont ennuyé fortement. Cela traine comme un fardeau jusqu’au chapitre final, où enfin l’union est consommé. Ce dernier était d’ailleurs sympathique bien qu’il soit concentré là-dessus, mais plus agréable que toutes les remarques salaces et les tentatives infructueuses de rapport narrées. Elles auraient pû être un peu plus passé sous silence pour être moins agaçante pour nous aussi.

Je me souviens d’un Kip un peu timoré avec une difficulté à exprimer son véritable opinion, qu’il soit un peu brut de décoffrage et je le retrouve juste comme il faut, surtout quand ça touche les sentiments et essentiellement avec Tsisis, parce que sinon, il gère plutôt bien les choses, comme avec le bourgmestre Arthur. Je peux comprendre que les sentiments amoureux et la passion cela amène à prononcer pas tout le temps les mots qu’il faut, mais les introspections à chaque dialogue, de la même manière, ça devient particulièrement lourd. J’ai apprécié les moments où on suivait Kip quand il y avait de l’action, et heureusement, il y en a eu quelque-uns, même si le dernier affrontement m’a paru court et brouillon.

 

La conclusion au prochain tome, et j’espère qu’on ne perdra pas trop de temps en route avec des atermoiements et autres passages lourds.

Arck,


A vous de commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.