Divinity : Original Sin – Larian Studios

Il y a des fois où on a la motivation de faire un article et d’autres fois non. Mais il y a également des jeux qui nous ont fait une telle impression qu’il serait dommage de ne pas en parler. Je passerais donc sous silence mes impressions sur Sniper Elite V3 vu ses nombreuses familiarités avec le V2 sauf qu’il se passe en Afrique du Nord.

Concentrons nous donc, sur un petit bijou qui aura eu le mérite de m’accrocher pendant un certain nombre d’heure. Bienvenue donc à Divinity : Original Sin, ou D:OS en abrégé. On doit ce RPG à un studio de développement belge, Larian par le biais d’une campagne kickstarter qui a rassemblé la communauté (environ 19 500 personnes).

Le but affiché était de proposer un RPG de la vieille école, de quoi rappeler aux baroudeurs leurs heures passées sur Baldur’s Gate ou Neverwinter Nights : une trame principale avec de nombreuses quêtes secondaires, une feuille de personnages à remplir à chaque niveau, un système de craft, du combat au tour par tour… Et ce n’est pas tout, le jeu est possible à plusieurs avec une réelle interaction !

Le studio tente avec ce titre de renouer avec le succès de manière indépendante, en se basant sur l’univers qu’il a déjà créé au travers des précédents Divinity (Divine Divinity en 2002, Beyond Divinity en 2004, Divinity 2 : Ego Draconis et son extension en 2009).

Le jeu étant développé par des belges, une version française est disponible. Il s’agit de traduction de l’interface et des dialogues. Quelques problèmes subsistent encore mais de nombreux patchs arrivent.

Scénario :
Bienvenue pour les néophytes comme moi dans le monde de Rivellon. Le jeu débute par une cinématique faite d’une succession d’illustration à la manière d’une BD animée avant d’avoir un long discours introductif. On incarne une équipe de deux Traques-Source qui doivent résoudre un meurtre étrange dans la ville portuaire de Cyséal. Et ce mystère est la raison de votre venue, plus que l’on suspecte l’utilisation de la Source, une magie impie dont vous traquez les adeptes.
Largué à proximité de la ville, il faudra se frayer un chemin à travers une bande d’orcs avant d’arriver à destination et commencer à enquêter.

Gameplay :
On dirige un groupe qui peut aller jusqu’à 4 personnes. Je ne sais pas si c’est possible d’être quatre joueurs mais en tout cas, une partie à deux en coopération est envisageable et fortement conseillé si vous avez quelqu’un avec qui passer beaucoup de temps !
Avec une vue en 3D isométrique, on se déplace à la souris à travers des cartes possédant leur lot de PNJ et de monstres. Attention, d’ailleurs, aucun ennemi ne réapparaîtra une fois mort, il est donc impossible de rester dans une zone spécifique en espérant ainsi monter de niveau.

Et attention, rien ne sera facile ou donné. Il va falloir lire les dialogues et souvent se référer aux quêtes pour comprendre quelle direction suivre, quasiment aucune aide ne sera donnée sur la carte. Ensuite, un conseil avisé, essayé de faire les choses dans l’ordre. Certaines quêtes ne pourront être validées si l’ordre pré-requis n’est pas présent.

N’hésitez à jeter un coup d’oeil à gauche à droite, en plus de trésor caché ici et là, le jeu est rempli d’humour que ce soit dans les livres, les épitaphes ou certains dialogues, il y a de quoi se faire de bons souvenirs.

A l’heure actuelle, il existe deux compagnons avec des interactions possibles via des dialogues. Je pense que c’est important de le savoir d’autant plus qu’ils ont des classes bien spécifiques et peuvent donc se trouver à ne pas être utile dans votre équipe. Il s’agit d’une guerrière off-tank et d’un mage hydro/éolien. Larian a précisé qu’il essayerait de créer un passé disponible pour plus de personnages dans les prochains patchs.

Feuille de personnage :
La feuille de personnage est bien fournie car en plus des points à attribuer dans les classiques traits (force, dextérité, intelligence…), un système de perception par la vue et l’ouïe des ennemis (porter certain casque réduit le champ de vision). Ces éléments influent directement sur les points d’action qu’un personnage peut effectuer durant la phase de combat, son nombre de PV et son initiative.

Une zone importante, faite de choix souvent difficile et qui oriente particulièrement le personnage est la partie habilité. La première concerne l’armement. Plus vous augmentez les points dans une catégorie, plus votre personnage inflige des dégâts d’arme associé. On retrouve également des bonus pour le côté défensif. Une dernière catégorie de combat est présente et détermine les capacités et leur nombre que l’on peut apprendre.
Il y a des catégories pour les combattants mais également pour les mages. Cette partie est très importante plus que des combinaisons élémentaires peuvent se révéler particulièrement efficaces.

Ensuite, il y a une catégorie spécifique pour le craft et une autre plus pour l’interaction avec les PNJ (persuasion, marchandage) et dernière est spécifique aux actions dignes de tout bon voleur.

De nombreux talents complètent les habilités disponibles, certains déblocables sous pré-requis. Parmi ceux-ci, il y a le loup-solitaire qui permet de jouer sans compagnon en échange de certains avantages.

Le personnage a la part belle également à de l’équipement qu’il faudra récupérer, acheter ou fabriquer. D’ailleurs, il faudra soit apprendre par le biais de livre les effets des ingrédients ou faire des expériences !
L’équipement apportera son lot de bonus avec également une classification de leur rareté (inco, bleu, verte, or). Il faudra faire attention à son état pour ne pas se trouver avec son épée cassée en plein combat !

Système de combat :
Le combat se déroule au tour par tour en fonction de l’initiative des personnages. Chaque personnage possède un certain nombre de points d’action au début du tour et en gagne un autre nombre par tour. Quand c’est son tour, il peut se déplacer d’un certain nombre de cases (en fonction de son équipement)/point, attaquer, ou utiliser une compétence.
Il y a certaines subtilités et parfois, je conseillerais de changer la caméra pour passer en vue « tactique » ou vue de dessus. Le placement est important car les frappes sournoises nécessitent d’être dos à l’adversaire, entourer un adversaire augmente les chances de toucher, certains personnages de corps-à-corps peuvent bénéficier d’attaque d’opportunité !

D’autre part, il faut faire attention rapidement aux contrôles qui s’ils semblent sans importance au début et peu effectif sur les boss, sont une arme extrêmement efficace sur les autres combattants comme sur vous-mêmes. Attention donc aux renversements, congélations et étourdissements qui peuvent changer très vite la donne.

Un autre élément important est le niveau. S’il y a une différence niveau en votre défaveur, vous allez avoir plus de difficulté pour toucher alors que votre adversaire touchera quasiment à tous les coups ! A l’inverse, ce sera pour vous du gâteau.

Toutefois, vérifiez bien qu’il est impossible de faire autres que combattre avant de vous lancer dans un assaut. Il existe souvent plusieurs méthodes pour arriver au même objectif !

Performance de l’IA :
L’IA est intéressante pour plusieurs raisons. Déjà, elle propose un réel challenge à niveau égal et chaque combat est unique. Il m’est arrivé de recommencer 4-5 fois un combat et les actions étaient à chaque fois différente. D’autre part, l’IA n’hésitera pas à utiliser des CC pour mettre à mal votre équipe ou à se diriger sur votre soigneur.

Durée de vie :
Je n’ai aucune idée du temps que l’on peut passer devant ce jeu ! Mais sans être aller en profondeur dans le craft et fait toutes les quêtes secondaires j’ai environ 60h dans les valises !
Ca fait vraiment partie des jeux-vidéos où si on fait un comparatif heure passé/prix dépensé, la rentabilité trouvée est importante.

Musique & Graphisme :
La musique du jeu est agréable mais je n’ai pas accroché sur une piste en particulier. Quand aux graphismes, je les ai trouvé très bien. Vu l’antiquité que je possède, des vidéos sur internet vous permettront d’apprécier beaucoup plus que ce que je pourrais vous présenter ici.

Mis à part le système shifumi mis en place pour certains dialogues et les nombreux missclicks, je tire mon chapeau pour l’immense travail fait par le studio Larian et j’espère que vous vous joindrez vous aussi dans cette fantastique aventure, en attendant la suivante !

Arck,

Publicités

A vous de commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s