Assassin’s Creed 4 : Black Flag – Ubisoft

Sorti sur PC en même temps que les versions next gen, la licence AC sort de son chapeau un titre novateur. En effet, Ubisoft a cherché à rebondir après l’épisode 3 qui était loin d’être fameux sous tous les points tout en apportant certaines qualités de gameplay.
Cette fois-ci Ubisoft a senti qu’il devait s’appuyer sur un point fort du 3 pour sublimer la licence. Ce point fort c’est tout simplement l’aspect maritime. Et rien n’est plus intéressant pour cela ne nous faire incarner un pirate !

Scénario :
On découvre dans l’IRL de l’univers AC qu’Abstergo possède une filiale dans l’Entertainment et que c’est là-bas que notre avatar va évoluer. Sous prétexte de travailler sur la réalité historique pour créer un jeu sur les pirates, l’entreprise cherche en fait à découvrir l’emplacement de l’Observatoire, une machine capable d’espionner quelqu’un à partir du moment où l’on possède un échantillon de son sang.
Dans le passé virtuel, nous incarnons Edward Kenway, le grand-père de Connor (AC 3). Nous sommes en 1715 et la piraterie est en plein essor.

Edward Kenway et son vaisseau, le Jackdaw seront améliorés au cours de l’histoire pour notre grand bonheur et nous pourrons parcourir de nombreux lieux des caraïbes et rencontrer des grands noms de la piraterie !

Entre assassins et templiers, Edward va naviguer entre ces deux eaux. Alors qu’il fondait toute sa vie sur l’engrangement d’or, il va découvrir d’autres aspects de la vie et en sortir plus grand.

Gameplay :
Commençons le gameplay par le système de déplacement qui est agréable car la navigation est sympathique néanmoins il vaut mieux utiliser le déplacement rapide et l’approche avec un TP par point d’observation est bien vue. Ca change des raccourcis à débloquer qui semblaient plus rallonger la durée de vie du jeu plutôt que d’être tout de suite utile.

Plus de serviteurs pour faire le boulot à notre place, nous travaillons seuls. Il faut dire que c’est en accord total avec le scénario. Et sans pour autant me déplaire de devoir gérer les choses seul. D’autre part, les couverts sont plus nombreux et lorsque l’on siffle les gardes, ils viennent gentiment mourir.

Le système de combat est toujours le même et les ennemis sont regroupés en trois types qui demandent chacun une habilité différente pour les battre à l’arme blanche. Les moins scrupuleux profiteront des pistolets.

On retrouve donc les batailles navales qui proposent cette fois-ci d’aborder les navires pour piller leur cargaison avec auparavant un léger défis à remplir.

Armement & Équipement :
L’armement a bien sûr été revus pour l’occasion. En bon pirate qui se respecte on pourra porter jusqu’à quatre pistolets en même temps permettant de faire feu rapidement (dans une chorégraphie en tout point identique). Notre fidèle lame cachée sera de la partie accompagnée de deux épées.

On retrouve les bombes fumigènes et quelques couteaux de lancer mais qui restent rares et non fabricable. La dague à corde complète l’attirail déjà connue.

Le plus apporté par cet opus ce sont la sarbacane avec des munitions qui endorment ou enragent les cibles. C’est d’autant plus sympathique que de nombreuses missions demanderont d’être discret.

Le craft permet d’améliorer l’équipement mais également le vaisseau, mais il faudra également partir à la recherche de plan spéciaux pour amener son vaisseau à l’apogée de sa puissance. D’autres plans/recettes de craft permettront également un peu de personnaliser son personnage/vaisseau.

Performance de l’IA :
L’IA est toujours égale à elle-même mais elle entreprendra d’attaquer notre personnage beaucoup plus souvent.

Durée de vie :
J’ai trouvé que le jeu avait une bonne durée de vie. Peut-être dans les 40-50h pour faire le jeu à 100%. On retrouve de nombreuses missions annexes liées aux assassins, mais également de nombreux coffres permettant l’amélioration de notre vaisseau.
Enfin, pour les férus de batailles navales, quelques vaisseaux connus vous mettront au défi.

Musique & Graphisme :
Ah, s’il y a bien quelque chose qui rend difficilement oubliable ce AC, c’est bien les chansons entonnées par nos marins durant les phases de déplacement sur le Jackdraw. Plus que celle du reste du jeu, je les ai trouvé agréable et je suis parti à leur recherche (éléments déblocables) plus que le reste.

Je n’ai pas eu l’occasion de voir le jeu dans sa pleine capacité graphique, pour autant, je pense que la qualité est au rendez-vous. C’est au moins aussi beau que le précédent.

Bon renouveau de la licence avec cet opus qui laisse espérer des suites aussi glorieuses mais sûrement à de nouvelles époques (Shogunat, Révolution française, guerres napoléoniennes notamment).

Arck,

Publicités

A vous de commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s